funéraire

Tout savoir sur l’humusation

Pour procéder à l’inhumation de votre proche qui vient de décéder, de nombreuses solutions s’offrent à vous. L’humusation en fait partie. Elle est une pratique funéraire comme tous les autres, mais plus recommandée en France. Tour d’horizon des essentiels à savoir sur l’humusation.

Qu’est-ce que l’humusation ?

Le terme humusation est dérivé de « humus », qui désigne généralement des matières organiques servant d’un engrais. La pratique de l’humusation consiste à rendre humus le corps de votre défunt. Ce qui lui permet de retourner à l’origine dont il est issu : la terre. Pour faire simple, l’humusation est un processus de transformation du corps de la dépouille en compost.

À qui est dédiée l’humusation ?

La Belgique est le premier pays à pratiquer l’humusation. IL faut noter que l’humusation s’est vulgarisée depuis des décennies et sa pratique connaît une expansion énorme dans les quatre coins du globe. Certaines autorités n’approuvent pas encore cette technique de funérailles, mais en France, elle devient une pratique très classique. Vous avez ainsi le plein privilège d’adopter l’humusation. Seulement, veillez à vous munir des pièces justifiant la mort de votre proche pour avoir une autorisation de le transporter jusqu’à l’endroit où il doit être inhumé.

Pourquoi adopter l’humusation ?

Il existe mille et une raisons d’adopter l’humusation dans le cadre d’une pratique des rites funéraires. D’emblée, elle figure au palmarès des inhumations vouées à la protection de l’environnement. En quelque sorte, elle est baptisée écologique. Cette pratique funéraire ne contribue pas à la dégradation de la nature. Au contraire, le processus dont il est constitué prend part à la préservation de la nature. Aussi, tout au long du déroulé de l’humusation, l’utilisation des composants de la nature s’impose, à savoir des feuilles mortes, des pelouses et des pailles divers.

Quand choisir l’humusation ?

La mort ne prévient pas. Ainsi, il n’existe pas une saison particulière pendant laquelle l’humusation peut être adoptée. Si la France autorise la pratique de ce rite funéraire, c’est pour une autorisation totale. C’est peut-être la commune où vous envisagez d’inhumer votre défunt qui interdit la pratique, et cela est souvent dû au manque d’espace disponible pour le rite. Reste à savoir qu’il est idéal de ne pratiquer le l’humusation que le lendemain de la mort du défunt.

Avec qui réaliser l’humusation ?

L’humusation s’avère difficile, étant constituée de plusieurs étapes et nécessite des compétences particulières. Si vous savez le tout sur l’humusation, rien ne vous empêche de faire appel à vos membres de famille pour la réaliser et le tour est joué. Dans le cas où vous êtes novice en la matière, il vous faut recourir à un équipe d’humuseurs. Leurs compétences et expériences leur permettent d’assurer un bon déroulement de l’humusation.

Les gestes à ne pas adopter avec l’humusation

Il est vrai que l’humusation est reconnue en France. Pourtant, vous avez à vous plier à l’éthique de la société y afférente. Ceci signifie qu’il n’est pas essentiel que vous clamiez haut et fort que vous avez opté pour ce rite funéraire écologique. En effet, certaines personnes ont leur propre culture et vous devez respecter leur différence. Si elles préfèrent la crémation à l’humusation, ce n’est pas votre affaire.

Veuillez cliquer ici pour voir plus d’article dans un autre blog

Author: Damien